L'insolite évasion de Sebastian Wimer

L'insolite évasion de Sebastian Wimer

Achetez ce livre chez la librairie Dialogues ou un libraire proche de chez vous grâce à les libraires

Présentation de l'éditeur

Karlotta-Pietra, ville fortifiée en bord de mer, vit ses derniers instants de liberté face à la montée d'un nationalisme radical. Il ne reste que quelques jours avant la fermeture définitive des portes de la cité.
Sébastian, couturier reconnu, et son associé Dimitri entreprennent de s'enfuir avant qu'il ne soit trop tard. Mais un soir, Sébastian porte secours à une femme brutalisée, laissée inerte le long d'un canal. Troublé, il croit reconnaître Agathe, sa défunte épouse, même si ses papiers d'identité affirment qu'elle s'appelle Kathrin Petersen. L'état de santé de la jeune femme l'oblige à retarder son projet initial.
Aidé du jeune étudiant Leos, il échafaude alors un plan d'évasion insolite puisant dans l'histoire de la cité et défiant le pouvoir en place.

Stéphane Heaume, né à Paris en 1971, est l'auteur de plusieurs romans comme Le Clos Lothar (Prix du jury Jean-Giono), Orkhidos ou Sheridan Square (Prix de la Ville de Deauville). Il écrit également des nouvelles et des textes pour le théâtre lyrique.

Extrait du livre

Les portes de la ville fermeraient dans sept jours. Je n'arrivais pas à me faire à cette idée. Devant moi, la rue était déserte, striée de grands blocs d'ombre qu'espaçait de loin en loin le halo des réverbères. Sur le chemin du cimetière, je ne croisai qu'un groupe de sans-abri se réchauffant autour d'un feu de fortune. Ils se frappaient les bras sous les arbres nus d'un square. Près des bancs s'entassaient leurs couvertures, des sacs, des bidons informes. Quitteraient-ils la ville, eux aussi ? Étaient-ils des nôtres ? Seules la peur, la fatigue allumaient leurs regards. Je remontai le col de mon manteau, accélérai le pas.
Une nuit pâle était tombée - une nuit abstraite tant la voûte étoilée semblait mimer le jour. Le grand froid annoncé n'était pas encore venu, ni la neige. Depuis la rue, on apercevait la cime brune et sèche du Karlottashory d'ordinaire enneigée à cette époque de l'année. Soit l'hiver serait doux, une première, soit tardif et d'autant plus rigoureux - ce que beaucoup d'entre nous redoutaient.
Je fus bientôt devant le portique de pierre de l'entrée du cimetière. De sa guérite, le gardien me lança un bonsoir machinal. Cela faisait trois ans qu'il était là, tous les soirs, à la même heure, dans son cabanon minuscule. Nous n'avions jamais parlé ; à vrai dire je n'y tenais pas. J'avais voulu faire de mes visites quotidiennes un pèlerinage silencieux.
Dans la demi-pénombre, le gardien venait de lever une main. Une voix timide me héla, accompagnée d'une bouffée de vapeur blanche. L'homme sortit de son refuge et s'approcha. Je découvris à quel point son visage était jeune, vingt-cinq ans tout au plus. Quinze ans de moins que moi.
«Monsieur Wimer, commença-t-il, hésitant. Je voulais vous dire... Nous fermons le cimetière ce soir pour une semaine.»
Il pointait de son gant les hautes grilles. Je ne fus pas autrement surpris qu'il connût mon nom : en ville, tout se savait -mes fonctions à la Fondation avaient fait de moi un personnage presque public. Il reprit :
«Je pars, Monsieur Wimer. Je ne devrais pas en parler mais j'ai confiance en vous. On n'a pas encore trouvé mon successeur. Il faut dire que personne ne veut cette place. J'aurais dû finir à la fin du mois, mais les sculpteurs ont terminé plus tôt.
- Les sculpteurs ?
- Vous savez bien... Le chantier de la section nord, la grande tombe... Ils ont terminé ce matin. Ils ont enlevé la bâche, paraît-il.»
Une brève émotion m'étreignit. Peu m'importaient ces sculpteurs ; je venais surtout d'apprendre que ce soir serait mon dernier soir. C'était inconcevable. J'avais encore à renouveler les fleurs, laver la dalle et murmurer aux pierres tant de choses. Sept soirs à venir, m'étais-je répété le matin même, imaginant l'éternité. Sept soirs à faire durer ; et voilà que ces instants m'étaient brusquement confisqués. J'avais compris que le jeune homme espérait de ma part une confidence sur un éventuel départ ; je m'en gardai bien, redoutant une trahison. Depuis plusieurs mois, tout était devenu possible dans l'enceinte de Karlotta-Pietra.
«Merci, me bornai-je à répondre. Bonne chance.»

Les mots préférés de Stéphane Héaume

  • «Songe»
     
    je propose le mot "Songe", un mot qui ouvre les portes de l'enchantement, des peurs et des désirs cachés.
     

Recherchez

trouver  

Participez !

Pour participer à la vie du site, c'est simple:

Contactez-nous !

N'hésitez pas à nous contacter pour toute suggestion ou question concernant ce site.

Nos partenaires

Librairie Dialogues

Les libraires